Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil > LA COMMUNE HIER ET AUJOURD’HUI : son histoire, ses atouts > Quelques grands moments festifs > Echos du festival des Cordes à la Campagne

Echos du festival des Cordes à la Campagne

L’enchantement de la troisième édition du festival de guitare « Des Cordes à la Campagne » s’est achevé dimanche soir dans une chapelle des Sept Saints pratiquement comble, sur une note d’humour bien britannique et sur un troisième rappel pour l’ensemble « Vida Guitar Quartet ».

La formation entonnait la musique du « Troisième homme », sans le quatrième comparse qui avait préféré jouer son départ anticipé. Mais la surprise n’était pas vraiment hors de propos ; « Vida Guitar Quartet » était composé de deux musiciens présents l’an dernier et dont la prestation avait séduit le public précisément par l’humour dont sont capables la guitare et ses interprètes à ce degré de perfection.

Mais si l’on devait globalement qualifier d’un mot cette initiative de Chris Ballentyne et sa comparse Cathy, le festival de guitare « Des Cordes à la Campagne », c’est une authentification qui vient immédiatement aux lèvres, « un véritable festival », encore en herbe certes, mais incontestablement de la trempe des grands festivals. Car même si les grands noms de la guitare, espagnols pour la plupart, moult fois entendus lors de concerts dédiés à cet instrument sont présents ici où là, comme des repères de qualité, le festival des Sept Saints offre au public un répertoire et des sonorités différents, originaux et innovants. Chris Ballentyne a prouvé depuis trois ans qu’il sait dénicher les interprètes éblouissants d’innovation et de virtuosité. A preuve s’il en était besoin, l’ouverture mardi soir avec une formation inédite à plus d’un titre, « Le duo insolite ». Insolite par la rencontre en concert de deux instruments à corde, la harpe et la guitare, qui n’ont pas l’habitude de jouer ensemble. « Il n’existe pas de répertoire écrit pour ces deux instruments » commente Michaël Lefèbvre le guitariste. Mais séduit par sa rencontre avec la harpiste Marie Saint Bonnet, le guitariste a pris sa plume et son talent à bras le corps, son génie a fait le reste pour transcrire et arranger des œuvres aussi connues que Greensleeves, une chanson anglaise traditionnelle d’auteur inconnu du 17° siècle ou transcrire des œuvres écrites pour un instrument polyphonique aussi majestueux que l’orgue par César Frank. Vendredi soir Garry Ryan, seul en scène avec sa guitare a offert à son public une soirée remplie de sensibilité et d’émotion dans une interprétation éblouissante de virtuosité et de maîtrise des sons et de l’acoustique de la chapelle pourtant remplie jusqu’au dernier banc. Quant à la soirée de dimanche, il n’aura pas fallu longtemps au public pour apprécier la qualité du jeu de l’ensemble Vida Guitar Quartet. Des sonorités chatoyantes, déconcertantes parfois mais toujours rassurantes. Et en plus, pour le bonheur de la programmation, les artistes avaient glissé leur adaptation d’une œuvre bien très connue, quelques suites du « Carmen de Bizet » qui a véritablement pu donner la mesure de la qualité d’interprétation de ces artistes réunis en quatuor d’instruments à cordes pincées interprétant une œuvre symphonique, bien plus, un opéra.

Et si Chris, en clôture annonçait aux festivaliers « qu’il revenait à sa compagne de décider si le festival se poursuivrait l’an prochain ou s’il faudrait passer une année », il est à parier que le questionnaire distribué avec le programme ne laissera aucun doute dans la tête de la jeune femme ; sans nul doute le public « Des Cordes à la Campagne » ne saurait qu’honorer d’une présence encore plus nombreuse une quatrième édition 2012.


Un grand moment de convivialité au festival de guitare, la harpe expliquée en toute simplicité aux enfants, parmi lesquels peut-être une future harpiste,à la chapelle des Sept Saints, après le concert, par Marie Saint Bonnet (en bas à droite sur la photo). Et ne matière de pédagogie elle s’y connait ; les téléspectateurs ont pu la voir jeudi dans l’émission la boîte à musique de Jean François Zygel.


Salle comble, un véritable plaidoyer à l’attention de Chris et Cathy pour une quatrième édition du festival de guitare Des Cordes à la Campagne en 2012.

Répondre à cet article

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mardi 2 août 2016