Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil > ACTUALITE > Les événements récents > Et pour en savoir plus, voir les Archives > Petite pagaille dans le bourg !

Petite pagaille dans le bourg !

[|Concert Punk, vide grenier, courses cyclistes|]

[|

[*Un week end bien agité*]

|]

Trop de manifestations dans le week end. C’est ce qui est arrivé à Vieux Marché. Une difficile cohabitation entre soirées tardives et dimanches actifs.

Belle pagaille dans le bourg du Vieux Marché ce dimanche matin ; mais avec un brin de philosophie ça semble bien se passer. "Ca aurait pu être pire ; c’est tellement pagailleux que chacun y met du sien" commente-t-on par ci par là, un petit sourire amusé au coin des lèvres tout en continuant son installation. Acte un, le réveil un peu difficile pour Vieux Marché, si tant est que le voisinage de la salle des fêtes ait pu fermer l’oeil de la nuit. L’équipement avait été loué le samedi soir pour un concert Punk. Dimanche matin, depuis l’entrée du bourg jusqu’aux confins des places, l’espace est occpupé par des camionettes-refuges et autres tentes plantées à même le bitume ; des jeunes ou moins jeunes au look un peu particulier déambulent ou dorment encore, à peine remis d’une fête bien tardivement ou matinalement terminée. Accompagnés de leurs chiens ils errent, boivent et reboivent. Les bouteilles vides jonchent les trottoirs ainsi que les toits des véhicules. Monsieur le maire fait un premier tour : "Pour l’instant un carreau et une porte cassés, une cloison enfoncée et je ne parle pas de l’état de la salle". Et c’est sans compter avec des dégâts éventuels sur l’espace public qui restent encore à être inventoriés. A l’évidence les agents de voirie vont avoir du pain sur la planche ces jours prochains.

On ne m’y prendra plus

Un concert du samedi soir si différent qu’il aurait suffit à lui tout seul pour mettre la commune en émoi. Et pourtant Vieux Marché n’en avait pas fini ce dimanche. Le comité des fêtes s’était organisé, très tôt le matin, pour attribuer les places aux exposants du vide grenier. Seulement voilà, les fêtards terminaient à peine leur rencontre festive et les voitures des exposants affluaient en nombre avec remorques et autres conteneurs. Pourtant, progressivement, l’espace se libère et les étals se déplient. Là aussi avec patience et probablement force palabres, ça passe. Mais c’était sans compter avec le trafic habituel dans lequel, pour comble de malheur se présentait en milieu de matinée, un groupe d’une dizaine de cyclistes en balade ordinaire ou en reconnaissance du parcours de La Pierre Le Bigaut qui doit passer prochainement dans la commune. Pied à terre obligatoire en attendant que ça se passe, là aussi. En avait-on fini ? point du tout, il a aussi fallu à la petite commune, déjà bien agitée ce week end, absorber le passage d’une course cycliste, La Ronde des Mousquetaires, en provenance de Bégard qui avait eu la malencontreuse idée de traverser le Vieux Marché ce même dimanche. Par bonheur elle ne passera que l’après midi ; Vieux Marché, calmement agitée cette fois par les seuls badeaux du vide grenier, avait déjà retrouvé un peu de sa quiétude.

Journée bien agitée pour un maire désarmé. Gérard Kernec avait hérité d’un concert autorisé sous l’ancienne municipalité ; il explique : "Pour les locations de salle il faut s’y prendre presqu’un an à l’avance ; sur le coup on ne peut plus rien faire", jurant ses grands dieux qu’on ne l’y prendrait plus pour ce genre de choses ; et, cerise sur le gâteau, une course cycliste qui se débrouille toute seule "Ils ne demandent rien à personne là où ils passent".


Ouest France du lundi 16 juin écrit :

[*Réveil difficile après le concert Punk...*]

« C’est le ras-le-bol, ce􀀀matin. » Dimanche, alors que les amateurs
de punk dorment encore dans leurs fourgons ou dans des tentes
posées un peu partout, et qu’à quelques pas de là, les exposants
du grand vide-greniers installent leurs étals, c’est l’heure d’un premier
bilan pour la municipalité, à l’issue du concert qui s’est tenu la veille dans la salle des fêtes (lire par ailleurs). « Pour l’instant, j’ai vu un􀀀 carreau
et une porte cassés, une cloison enfoncée, plus l’état de la salle », déplore Gérard Kernec.

À l’extérieur, dans le bourg, quelques jardinières ont souffert. Un peu plus bas, un conteneur gît dans la fontaine, près de l’étang. Le maire n’est pas loin de regretter cette réservation de la salle municipale,
faite il y a plus d’un an sous l’égide de l’ancienne municipalité
 : « Une fois que c’est signé… » Même si, en cours de nuit, certains
organisateurs ont ramassé une partie des bouteilles vides traînant ici et
là, le compte n’y est pas. De nombreux participants, dont certains ne sont d’ailleurs jamais allés voir le concert, sont venus avec leurs chiens. Les traces laissées par les uns et les autres sont encore visibles. Dans le voisinage, hormis le bruit et quelques bouteilles lancées contre les murs, les plaintes restent pour l’instant contenues. Une riveraine
déplore néanmoins que cinq de ses poules aient servi de repas aux nombreux chiens qui traînaient dans les environs.

Dimanche matin, les organisateurs étaient attendus pour faire l’état des lieux. Eux aussi sont dépités : « On organise en moyenne six concerts de ce type par an. C’est la première fois, en trois ans, qu’on a ce genre de problèmes », assurent-ils. La municipalité, elle, sait déjà que la caution prise pour la location ne couvrira pas les frais de remise en état. Car au-delà de la casse, il y a toutes les heures que les employés communaux passeront dans les prochains jours pour nettoyer la salle et ses abords. « Dommage pour les organisateurs qui eux étaient sérieux. Mais c’est fini, on ne renouvellera pas. »

[|[*L’événement :*]|]

Venus de toute la Bretagne, parfois même de plus loin, plus de 150 personnes se sont retrouvées samedi soir. Devant la scène, les amateurs se sont déchaînés au son de cinq groupes de référence. Les connaisseurs apprécieront : les Briochins de 22 Long Riffs(photo), les Lorientais de Mauvaise Graine, Urban Attack de Lannion, 100 Raisons, venu de Mantes-la-Jolie, et la tête d’affiche, les Bordelais des Apaches.

P.-S.

Paru dans le Trégor n° 1277 du 18 juin

Répondre à cet article

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mardi 2 août 2016