Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil > CURIOSITES : culture, tourisme, loisirs > Les Sept Saints et le pèlerinage islamo chrétien > Le pélerinage Islamo Chrétien > Pèlerinage 2007 > Ils ont ecrit sur le pèlerinage 2007

Ils ont ecrit sur le pèlerinage 2007

[|Rencontres Islamo Chrétiennes|]

[|[*Laïcité et proximité au coeur des débats*]|]

Entre Islam et foi chrétienne le dialogue inter religieux s’est tenu une nouvelle fois ce week end à l’occasion du Pardon Sept Saints avec toujours la même qualité : qualité des intervenants, qualité des échanges et des rencontres.

Si l’événement était assez largement dominé cette année par le partenaire chrétien catholique, les musulmans ont sans conteste apporté de grands moments d’émotion et en particulier l’invitation à la prière en introduction à la table ronde du samedi après midi, psalmodiée par Ahmed El Ghazi, originaire du Maroc, imam à Rennes.

Les organisateurs avaient programmé en première partie, le film de Emmanuel Audrain « Le testament de Thibirine », projeté avec le concours de l’association Les Champs des Toiles de Pluzunet. Le sujet était sensible, mais le public, unanime, exprimait à l’auteur, présent dans la salle, toute sa gratitude et son admiration pour la grande qualité et la délicatesse de la réalisation. Après un moment d’échange informel et fraternel autour d’une tasse de thé en guise de transition, la séquence suivante reprenait très vite, dirigée par le Père Roger Perès. Elle invitait le public à écouter une série de témoignages sur le thème de « la proximité vécue au quotidien ». Transition difficile avec le sujet précédent, mais transition toute trouvée avec le premier intervenant, le Père Roger Michel, islamologue et membre de l’Institut des Sciences et de Théologie des Religions à Marseille : « J’ai eu le privilège de connaître les sept moines de Thibirine ». Ce premier contact effectué en douceur, le fonds de son intervention s’oriente très vite sur le thème du contact au quotidien avec les musulmans : « Inscrire le témoignage de Dieu dans notre société sécularisée. La laïcité muselle les chrétiens ; les musulmans, eux, nous apprennent à parler de Dieu au quotidien ». Eloge de la laïcité, éloge de la proximité pour les imams Ahmed El Ghazi et Mohamed Loueslati, intervenants suivants. « Si le dialogue islamo chrétien est affaire de théologiens, il est aussi et même de façon plus intense le fait de l’homme de la rue et des échanges de voisinage dans les cités » ; Laïcité et voix de la tolérance pour Marie Pierre Lavoix, vétérinaire biologiste, remplaçant au pied levé Gérard Prémel directeur de la revue Hopala, pressenti pour représenter la pensée rationaliste. « La laïcité c’est accepter la réalité d’une force transcendante. Trop souvent parler de spiritualité est hors de propos chez les scientifiques ». Sur le même registre, le Père Paolo dall’Oglio, originaire de Rome, animateur du monastère de Mar Musa à Nebek en Syrie apportait son expérience de vie chrétienne en terre d’Islam.

Vieux Marché, pour ce 53ème pèlerinage islamo chrétien aura encore procuré de grands moments de rencontre et d’échange entre gens de religions ou d’opinions différentes, tant le samedi après midi à la salle des fêtes que le dimanche après midi à la chapelle des Sept Saints autour du thème « Pour nous que veut dire être proche ». Basée sur le principe d’échanges de témoignages, cette « agora » dirigée par Roger Perès, a permis à la bonne centaine de personnes présentes de partager des témoignages invitant à la réflexion comme celui de André de Peretti, président de l’association des Amis de Louis Massignon, assidu aux rencontres du Vieux Marché depuis de nombreuses années ; témoignages de pèlerins d’un jour avec celui d’une animatrice bénévole du "point de rencontre des voyageurs" de la chapelle Saint Bernard à la Gare Montparnasse à Paris ; témoignages aussi de musulmans avec celui de Hamid Tahiri, « participant pour la septième année consécutives aux rencontres islamo chrétiennes de Vieux Marché ». Un seul petit regret ,s’il en était un, du côté des organisateurs de ces rencontres massignoniennes : "nous aurions souhaté la présence officielle de représentants du CRCM de Bretagne (Conseil Régional du Culte Musulman). Ils étaient invités. Sans doute ont-ils eu un empêchement de dernière minute". La communauté musulmane de Bretagne était quand même bien représentée.

Henri COSSOUX

Paru dans LE TREGOR n° 1230 du 26 juillet au 1er Août.

Pardon des Sept Saints

Le Pardon retrouve son éclat

Comme tous les ans L’association Tud ar Seiz Sant avec l’aide du comité des fêtes avait mis les petits plats dans les grands pour que perdure la tradition d’accueil et d’hospitalité durant le pardon et pour le pèlerinage islamo chrétien : casse croûte le samedi midi avant les débats, repas froids le soir et le grand mechoui du dimanche midi qui a rassemblé près de 350 convives. Côté pardon religieux, les dévotions du samedi soir ont fortement pâti des conditions météorologiques déplorables. Si la procession, très largement écourtée et le tantad ont quand même pu avoir lieu, le fez noz a été totalement gâché.

Heureusement le soleil était de retour le dimanche. Une météo plus clémente a permis aux convives de sortir tables et bancs ; les festivités profanes organisées par l’association du quartier ont permis à bon nombre d’amoureux du hameau de passer un excellent après midi soit aux boules, soit sur le parquet de danse grâce au concours de l’association de danses bretonnes vieux marchoise, Traon an Dour et du groupe de sonneurs Da Bep Tu. Bourriches, stands de jeux, rien ne manquait à la fête. Tud ar Seiz Sant a démontré une fois de plus qu’elle pouvait redonner son éclat au pardon des Sept Saints et au delà du pardon, redonner vie au quartier.

Henri COSSOUX

Paru dans LE TREGOR n° 1230 du 26 juillet au 1er Août.

Répondre à cet article

SPIP 3.0.20 [22255] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mardi 2 août 2016